Patrick Cholton : Interview exclusive

Rencontre avec Patrick Cholton, Président du salon Solutrans et de la Fédération Française de Carrosserie 

Peut-on dire que la position des carrossiers industriels est essentielle en association avec les constructeurs automobiles et apporter aux utilisateurs un service essentiel ?

Patrick Cholton : Les constructeurs automobiles qui développent leurs gammes de véhicules utilitaires proposent des solutions sur la base de fourgons, de châssis et de plancher-cabine qui nécessitent des aménagements pour les rendre conforme à un usage professionnel précis. C’est là qu’intervient le carrossier industriel dont le rôle est absolument essentiel. Il peut s’agir d’un aménagement intérieur ou d’une structure beaucoup plus complexe avec des équipements sophistiqués comme des grues. Et là, nous nous rendons compte que l’étendue des compétences des carrossiers industriels.

Patrick Cholton
Patrick Cholton

L’aspect réglementaire est essentiel afin de fournir des véhicules aux normes. Quelle est l’aide apportée par la FFC aux carrossiers constructeurs afin qu’ils gagnent en performance et en niveau de services à leurs clients ?

Patrick Cholton : L’activité de conseils de la Fédération Française de Carrosserie est prépondérante à commencer par la veille réglementaire. Ensuite, nous animons des commissions, comme pour le véhicule utilitaire léger et ses déclinaisons, afin de suivre les multiples décrets, réglementations et nouvelles normes qu’il faut connaitre, expliquer et anticiper. Par exemple, nous travaillons sur l’évolution des nouvelles énergies à l’échéance 2040 en relation avec la Commission Européenne. Notre position de membre fondateur de la PFA ou Plateforme Automobile me permet de représenter efficacement les carrossiers industriels et les équipementiers.

Quels sont les aspects essentiels de votre démarche sur le plan technologique ?

Patrick Cholton : Le premier point à identifier est la prise de poids des véhicules utilitaires. Au fil des années, l’ajout d’équipements, en particulier liés à la dépollution ou pour l’amélioration de la sécurité, a fait sensiblement augmenter le poids à vide des véhicules sortant des chaines de montage des constructeurs. Alors, les carrossiers ont dû faire preuve d’imagination et de savoir-faire en utilisant des matériaux plus légers, par exemple, l’aluminium à la place de l’acier. Ces évolutions se sont effectuées dans les plus strictes respects des normes de sécurité en conduite comme les conditions de travail des utilisateurs. Dans ce contexte, de nouveaux équipements sont apparus, comme pour l’arrimage des marchandises. Nous parlons également beaucoup des nouvelles énergies, la protection de la planète avec la réduction du Co2. Pour cette raison, la réduction de la consommation est essentielle. Les carrossiers industriels et les équipementiers y participent … jusqu’aux manufacturiers pneumatiques.

Patrick Cholton, Président FFC

La carrosserie industrielle, un savoir-faire de grande valeur

Quelles ont été les grandes évolutions de la carrosserie industrielle au cours de ces trente dernières années et quelles les évolutions à attendre dans un futur proche ?

Patrick Cholton : L’évolution des normes concernant les véhicules ont beaucoup évolué tout comme les aspects relatifs à la sécurité routière. Par leur conception, les utilitaires légers sont proches des voitures particulières. Ils ont donc également progressé sur tous les aspects de sécurité passive comme active. Les aides à la conduite se sont développés avec l’apparition des radars et des caméras. Il s’agit d’éléments essentiels pour des professionnels qui sont tous les jours sur la route. Les progrès réalisés se font en relation étroite entre les constructeurs, les carrossiers et les équipementiers. Il y a trente ans, on ne parlait pas beaucoup d’écologie et de recyclage. Maintenant, ces pratiques sont intégrées dès la conception des véhicules comme des éléments de carrosserie et des équipements venant de fournisseurs. Nous sommes aussi engagés dans l’économie circulaire, certains carrossiers produisent à partir de nouvelles matières comme le lin qui permet de réaliser des panneaux. Il reste encore des progrès à faire. En effet, beaucoup de panneaux entrant dans la réalisation des véhicules ne sont pas recyclables. Pour compléter nos préoccupations du moment avec les obligations environnementales, nous savons maintenant que les zones à faibles émissions ou ZFE sont mises en place et vont restreindre drastiquement les accès aux villes. D’où la nécessité d’utiliser des véhicules répondant à ces nouvelles directives très contraignantes.

On peut donc dire que la Fédération Française de Carrosserie a aujourd’hui une position centrale dans la dynamique de l’univers du transport.

Patrick Cholton : D’une part, nous accompagnons nos adhérents dans tous les domaines. L’expertise de la FFC s’étend des aspects techniques, sociaux et de la communication. Ainsi, nous avons ouvert un véritable studio vidéo qui permet des retransmissions. Nos adhérents peuvent le réserver pour leurs propres actions de promotion. D’autre part, nous sommes la seule Fédération à nous positionner en amont et en aval de la filière du véhicule industriel. Nous avons aussi des relations internationales liées à notre appartenance à OICA qui représente l’industrie automobile mondiale. Et en plus d’appartenir à la PFA, je suis moi-même membre du Comité Interministériel des Transports.

Patrick Cholton SOLUTRANS

Inauguration du salon Solutrans 2019

La FFC organise Solutrans, du 16 au 20 novembre 2021 à Lyon Eurexpo, l’un des principaux rendez-vous mondiaux dédiés aux transports routiers. Quelles sont les grandes tendances de votre événement ?

Patrick Cholton : Oui, aujourd’hui, le salon Solutrans est l’un des trois plus importants rendez-vous mondiaux dédié au véhicule industriel. La prochaine édition rassemblera davantage d’exposants et elle sera très innovante. Nous utiliserons un hall supplémentaire faisant passer la surface totale de 80 000 à 90 000 m². Je veux marquer les esprits et que l’édition 2021 de Solutrans soit le retour de la convivialité, un autre fil conducteur qui m’est cher et qui sera également un des grands moments de cette édition. Le nouveau hall sera dénommé « Solutrans 4.0 le Futur commence ici ». Le message permettra de décliner tous les thèmes prospectifs couvrant les véhicules, les énergies, les infrastructures.
Nous devons donner aux professionnels du transport des éléments d’information et de réflexion leur permettant de se projeter dans le futur et préparer leurs entreprises. Les exposants auront aussi la possibilité de proposer le service d’un Salon Virtuel, le « Digital Show » qui restera ouvert 3 jours supplémentaires au-delà du 20 novembre. Cela leur permettra de poursuivre des contacts engagés mais aussi de rencontrer à distance des prospects et clients ne pouvant se déplacer.
Il sera également possible d’assister aux conférences en profitant de la dynamique du salon et ne manquer aucune thématique proposée. Naturellement, dans ce contexte très dynamique, les utilisateurs de véhicules utilitaires légers trouveront tout ce dont ils ont besoin, véhicules, carrosserie, aménagement, équipements et services.

 

Site de la FFC 

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK